Derniers articles

Par Izareyael, le vendredi 27 janvier 2017 à 13:00:00

Parmi les parutions attendues en 2017, on compte le prochain roman de Jean-Philippe Jaworski !
On l’a appris la semaine dernière, la deuxième partie de Chasse royale, le tome 2 de Rois du monde, sera elle-même finalement coupée en deux parties dont la première paraîtra au mois de juin prochain aux Moutons électriques. La trilogie devient ainsi une suite de cinq romans. Vous suivez ?Pour nous expliquer comment se passent les choses et titiller notre intérêt, l’auteur a répondu à quelques questions soulevées par cette annonce. Un grand merci à lui !

Rendez-vous sur le forum d'Elbakin.net pour discuter du cycle de fantasy celtique Rois du monde… et, si vous ne l’avez pas encore lu, pourquoi ne pas découvrir notre critique pour vous en donner l’envie ?

Des nouvelles des Rois du monde

Il y a quelques semaines, c'était une parution en septembre qui avait été annoncée pour un tome 2,5 non découpé… Ce nouveau découpage et cette nouvelle date sont-ils dus à un savant calcul stratégique prenant en compte un éventuel retard et la patience des lecteurs, comme c'était le cas pour Chasse royale I ? Si c'est une décision éditoriale, comment allez-vous arranger la coupure dans le texte si celui-ci est déjà terminé ou presque ?
Le risque de retard n’était pas exclu mais restait peu probable. Le problème était surtout technique : la deuxième partie à paraître en juin est à elle seule plus volumineuse que la première partie (environ 30 % de texte en plus). Publier en un seul tome les parties II et III dans la belle reliure de l’édition des premiers volumes était trop difficile. Du reste, la coupure ne pose aucun problème. Au contraire : quitte à diviser le texte, je préfère une parution en trilogie plutôt qu’en diptyque, car l’organisation du roman est tripartite. Ainsi, le deuxième tome correspond à la deuxième partie et possède son unité et sa couleur propres.
On suppose que si le mois de septembre était avancé pour la parution de ce qui est maintenant Chasse royale II et Chasse royale III, c'est que les choses étaient bien avancées... Est-ce à dire que l'écriture de Chasse royale II est terminée et que Chasse royale III sera très court, ou bien simplement qu'il y a eu un soudain développement en fin de volume qui rallongeait trop le livre et les délais ?
Chasse royale II est terminée depuis deux mois environ. Le texte fait plus de 900 000 signes et s’est nourri de lui-même pour deux raisons. D’une part, j’y reprends une narration en rinceau où alternent un récit cadre et des récits enchâssés qui adoptent peu ou prou la structure de la nouvelle ; mine de rien, cela prend de la place. D’autre part, la transformation de la matière protohistorique en récit romanesque nourrit vraiment le récit. Pourquoi ? Les sources historiques, archéologiques ou linguistiques que j’exploite restant lacunaires, il s’agit de remplir les vides par de la spéculation et des emprunts à des traditions celtiques plus récentes – sans parler de la pure imagination. Dans un sens, et quoique je n’aie pas son érudition, je suis un peu la méthode de spéculation philologique mise au point par Tolkien : à partir de l’histoire d’un mot ou d’un nom et du faisceau d’hypothèses qu’on peut lui rattacher, j’essaie de reconstituer un récit mythologiquement crédible, même s’il demeure pure fiction. Or ce processus demande à la fois beaucoup de temps et beaucoup de pages, surtout si l’on s’efforce de l’intégrer à une narration qui reste romanesque.
Est-ce que la structure que vous aviez imaginée pour la trilogie va souffrir de ces changements ou avez-vous trouvé comment les contourner pour vous y tenir malgré tout ?
Forcément, la trilogie de Rois du Monde ne se présentera plus sous forme de trois volumes puisque Chasse royale devient elle-même une trilogie. Mon plan reste toutefois identique : Rois du Monde reste un cycle en trois époques. Même pas mort racontait les enfances ; Chasse royale narre la crise qui accompagne le passage du premier au second âge du fer ; La Grande Jument aura pour sujet la migration. Tant pis si les impératifs matériels divisent les romans en x volumes. Le récit l’emporte à mes yeux sur les contraintes du format relié, et Rois du Monde reste un cycle de trois romans. Le roman, après tout, peut être bref comme fleuve.
Comment vous sentez-vous à l'idée de rester beaucoup plus longtemps que prévu dans cet univers ?
C’est épuisant et exaltant. Épuisant parce que ce n’est pas seulement un travail d’écriture, mais aussi un effort permanent de recherches et de reconstitution. Épuisant aussi parce qu’il faut régulièrement que je me méfie de mes propres raisonnements : mes Celtes ne pensent pas comme nous, même s’ils peuvent se montrer parfois étonnamment modernes. D’ailleurs, le deuxième volume de Chasse royale livrera encore quelques façons de voir le monde et le surnaturel qui nous sont à la fois étrangères et familières. Mais c’est aussi passionnant de donner corps à ce monde à la charnière du mythe et de l’histoire, parce qu’il porte les germes de notre imaginaire.

Propos recueillis par Izareyael.